Now Reading
Panama Papers : A. Bouchouareb assure qu’il : « n’a jamais volé d’argent dans le cadre de ses fonctions de ministre… c’était à l’époque de Khalifa »

Panama Papers : A. Bouchouareb assure qu’il : « n’a jamais volé d’argent dans le cadre de ses fonctions de ministre… c’était à l’époque de Khalifa »

Avatar

Le travail de fourmis auquel se sont adonnés 376 journalistes issus de 109 médias implantés dans 76 pays du monde et coordonnés par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), pendant plus d’un an, a permis de mettre au grand jour l’un des plus grands trous noirs de l’économie mondiale. À travers une masse d’information inédite sur le monde opaque de la finance offshore et des paradis fiscaux, communiquée par un lanceur anonyme, une énième onde de choc mondiale dans le microcosme de l’argent éclate. Ce qu’on appelle désormais le scandale de Panama Papers, relatif à la firme panaméenne de domiciliation de sociétés offshore Mossack Fonseca, a fait l’effet d’une bombe et n’en finit pas de créer l’effervescence dans le monde politico-médiatique. Dans plus de 200 pays et territoires, sportifs, hauts fonctionnaires, élus, hommes d’affaires, ministres, criminels et chef d’État sont épinglés pour avoir dissimulé leurs avoirs dans des paradis fiscaux.

Abdeslam Bouchouareb en pôle position dans la course des escrocs

Parmi les 128 dirigeants politiques et hauts fonctionnaires et les 12 chefs d‘État ou de gouvernement, Abdeslam Bouchouareb figure parmi les lauréats du crime, de la fourberie, du vol, du blanchiment d’argent et des détournements de fonds. En effet, Abdeslam Bouchouareb a créé une société offshore qui opère dans les domaines des transactions commerciales et le transport maritime au Panama sous la dénomination de Royal arrival Corp, avec un compte dans la banque suisse Nbad private SA. Le ministre de l’Énergie, des Mines et de l’enrichissement personnel (le nom du ministère a été modifié après le départ de Chakib Khelil) a tenu une conférence de presse pour rassurer les Algériens et « défendre sa dignité contre ceux et celles qui veulent me traîner dans la boue et salir mon image ». Il assure n’avoir « jamais volé ou détourné de l’argent dans le cadre de ses fonctions de ministre, j’ai obtenu cet argent illégalement grâce à ce con de Khalifa qui croupit en prison ». La question demeure de savoir s’il est devenu ministre grâce à cet incontinent de Bouteflika qui a transformé l’Algérie en un paradis de et pour criminels ?

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Scroll To Top