En train de lire
Des chercheurs de l’USTHB ont enfin réussi à isoler le gène algérien de l’amour du pain

Des chercheurs de l’USTHB ont enfin réussi à isoler le gène algérien de l’amour du pain

La rédaction

Longtemps, l’addiction démesurée des algériens pour le pain avait été liée à des facteurs socioculturels, voire économiques, mais un groupe de chercheurs de l’Université des Sciences et de la technologie Houari Boumédiène vient de démontrer le caractère génétique de cette idylle.
Le professeur LAARBI GLUTENFEDDEM, qui mène ces recherches a précisé que tout avait commencé lorsque les membres de son équipe observaient le comportement des étudiants dans les cantines et foyers, avec cette tendance à avaler le pain à une vitesse et à des quantités 50% supérieures aux normes observées dans le monde, même avec des pâtes et du riz ; la piste du facteur génétique a dès lors été explorée et les travaux menés ont été couronnés d’un franc succès.
Désigné pour l’instant par « love-bread-dz 62 », le gène algérien de « l’amour du pain » est localisé juste à côté du gène du « demmar », découvert précédemment par une autre équipe de chercheurs de l’USTO (Cf. découverte du gène du demmar responsable de la mauvaise humeur permanente des algérien), le lien entre les deux gènes ne serait d’ailleurs pas à écarter.
Le gouvernement a salué cette découverte et a appelé les scientifiques algériens à pousser leurs recherches de manière plus approfondie, il promet de financer conséquemment tout projet d’amplification du gène « love-bread-dz 62 » et d’inhibition des gènes responsables du besoin de se nourrir de protéines animales et de fruits.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut