En train de lire
Air Algérie veut instaurer une taxe d'export sur les bouteilles d’huile d’olive transportée par les voyageurs

Air Algérie veut instaurer une taxe d'export sur les bouteilles d’huile d’olive transportée par les voyageurs

Avatar

L’information est censée être confidentielle car la décision est encore en discussion entre la direction général d’Air Algérie et les services des ministères des finances et du commerce, mais une source proche du dossier nous l’a affirmé hier : la DG de la compagnie nationale projette d’instaurer une taxe sur les bouteilles d’huile d’olive transportées par les voyageurs sur ses vols internationaux.
Notre source nous a rapporté que la compagnie aérienne observé depuis quelques années une hausse sensible du volume d’huile d’olive que ses clients résidant à l’étranger transportent régulièrement sur ses liaisons internationales, notamment vers la France, le Canada et quelques autres pays européens et moyen-orientaux. Du fait de l’importance des quantités transportées tout au long de l’année, il s’avère que cela s’apparente davantage à une forme d’exportation de biens nationaux vers l’étranger, sous couvert d’usage personnel.
Sauf que les services de douanes, au niveau des aéroports, ont tiré la sonnette d’alarme sur ce phénomène, depuis 3 ans maintenant, dans une note confidentielle adressée à la direction générale d’Air Algérie et selon laquelle, « les pratiques de certains voyageurs tendant à transporter dans leurs effets personnels des quantités plus ou moins importantes d’huile d’olive locale sous couvert d’usage privé peuvent s’apparenter à des opérations d’exportation de produits nationaux dissimulées. Or, la législation en vigueur impose une taxation spécifique sur ce type d’opération (…) », indique la note de la DG des Douanes que nous nous sommes procurée.
Dès lors, la compagnie a été invitée à réfléchir sur un mécanisme permettant de collecter cette taxe d’export, et deux solutions semblent envisageables :
1- Une taxation « modérée » imposée à l’achat du billet si le voyageur indique qu’il transportera de l’huile d’olive.
2- Une taxation « majorée » sur place, si le voyageur ne fait la déclaration qu’au moment de l’enregistrement des bagages.
Les discussions portent actuellement sur le niveau et la barème de taxation dont l’arbitrage est soumis à l’accord du ministre des finances.
Par ailleurs, notre source indique également qu’une telle taxation sera instaurée pour les voyageurs en bateau et par route également (vers la Tunisie notamment).
Au vu de l’impact que cette mesure pourrait avoir, la compagnie prépare activement un plan de communication à l’attention des voyageurs afin de les informer de ces modalités qui pourraient être appliquées dès l’été 2016.
A vos bidons d’huile donc, avant qu’il ne soit trop tard… !
pour compenser la baisse des revenus pétroliers, les citoyens devront acheter un litre de pétrole pour chaque achat de pain, lait ou tout autre aliment de 1ère nécessité.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut