Nous l’avons rencontré au quatrième salon de la technologie et des innovations de Tokyo, il est le seul représentant de l’Algérie avec son révolutionnaire tamis « Rer-Bal plus », qui a constitué le centre d’attraction par excellence des curieux venus visiter le salon.
Le professeur Taghennant, nous a longuement parlé de son entêtement à démonter un mythe populaire très ancré dans l’imaginaire algérien, en aidant les gens à dissimuler des vérités sans qu’on leur sorte des dictons rébarbatifs et rasants. « Aujourd’hui, si votre interlocuteur vous sort que vous ne pouvez pas cacher le soleil avec un tamis, vous n’avez qu’à le mettre au pied du mur, en faisant l’expérience avec « Rer-Bal plus », sa déception et sa frustration de n’avoir pas placé le dicton seront grandes ». Interrogé sur les autres applications de ce tamis, le professeur nous a fièrement expliqué que les fibres révolutionnaires qu’il a mises au point, permettaient également de protéger la peau et les yeux des rayons UV, l’entreprise Ray Ban lui aurait déjà commandé des centaines de lunettes, montures mini-tamis, pour sa gamme Maghreb-clichés. Sur la source de financement de son projet de recherche, le professeur est resté très évasif, mettant en doute les véritables raisons derrière son invention.
Des investigations poussées de nos journalistes par une filature rapprochée du professeur chez son coiffeur révèlent que c’est le gouvernement qui a financé son projet de recherche dans le seul but de masquer les conséquences de la crise économique, sans qu’on lui reproche de cacher le soleil avec un tamis.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire :)