En train de lire
ONU: le Vatican nommé à la tête du comité des droits de l'enfant

ONU: le Vatican nommé à la tête du comité des droits de l'enfant

Avatar

C’est confirmé, le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki Moon, vient d’annoncer en conférence de presse la nomination du Saoudien Faisal Trad, par ailleurs ambassadeur de son pays en Suisse pour présider le panel du Conseil des droits de l’Homme, de l’évêque Santo Rocco Gangemi, Ambassadeur du Saint Siège en Guinée à la tête du comité de la protection des enfants, et d’Abdelmoumène Khalifa, représentant du pouvoir algérien en prison, pour diriger la commission technique de lutte contre la corruption et le blanchiment d’argent. Selon plusieurs médias français, le choix de ces nominations avait été tenu secret jusqu’à la dernière minute pour éviter « les polémiques stériles et les provocations paternalistes à l’égard de ces grands pays aux valeurs universelles et à la réputation irrépréhensible dans chacun des domaines où nous les avons annoncé » confie-t-on à Turtle Bay.

Des nominations qui ne font pas l’unanimité

La principale mission de ces pays à la tête desdits organes de l’ONU est de choisir les rapporteurs qui seront en charge de thématiques précises ainsi que la nomination d’experts afin de travailler à la définition de nouveaux standards internationaux dans chacun des trois domaines. Ban Ki Moon a assuré en conférence de presse avoir une totale confiance en chacun des pays et de leur représentant pour mener à bien la laborieuse mission qui est à présent la leur. Néanmoins, de Rio de Janeiro à Stockholm la stupeur l’emporte et presque personne ne comprend ces nominations schizophréniques. Plusieurs ONG ont d’ores et déjà moqué ces désignations en les qualifiant de « régression pour l’humanité », et de « canular choquant».
L’Arabie Saoudite promet davantage de droits aux hommes mais aucun pour les femmes
Le Roi d’Arabie Saoudite s’est félicité de cette promotion et a remercié Ban Ki Moon de lui avoir fait confiance. A la question de savoir s’il allait changer sa politique intérieure à l’égard des femmes, le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud a déclaré impassible « il a été question de présider le Conseil des droits de l’Homme et nous allons nous y atteler. Il n’a jamais été question de la femme ou de ses droits. De toute façon elle n’en a aucun si ce n’est celui de vivre et d’enfanter. Votre question est hors sujet et nous n’allons rien changer du tout ».

Le Vatican ‘surpris’ et ‘honoré’ par cette décision ‘jubilatoire’

Contacté par notre journaliste local, Federico Lombardi, porte-parole de la cité du Vatican, s’est dit ‘surpris’ et en même temps ‘honoré’ par cette nomination. « La cité du Vatican va avoir le plaisir de participer à rendre notre monde meilleur et nos évêques vont avoir la jouissance de rencontrer des enfants du monde entier ». Assure le Pape.

Lire aussi
mohammed-VI

« L’Algérie avait des atouts, elle les a mis sur la table et ça a payé »

Côté algérien, c’est la frénésie au palais présidentiel d’El-Mouradia où encore à l’hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce en France. Ahmed Ouyahia a immédiatement réagit sur sa page Facebook indiquant que « L’Algérie avait des atouts, elle les a mis sur la table et ça a payé ». Quant à Sellal, il a déclaré à la presse, euphorique, que « Le peuple algérien a de quoi être fier aujourd’hui. Nous poursuivrons nos efforts pour que le savoir-faire algérien continue à s’exporter. » Et de conclure : « Le choix d’Abdelmoumène Khalifa n’était pas anodin. C’est un orfèvre en matière de corruption et de blanchiment d’argent et nous savions qu’il allait l’emporter haut la main ».
Des sources diplomatiques hauts placées nous ont révélé que l’Etat Islamique et Israël se disputaient la direction de la Commission de consolidation de la paix dans le monde. Que le meilleur gagne.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut