Now Reading
Astrophysique: Stephen Hawking : « Nous venons de découvrir un gigantesque trou noir dans le cerveau de Abdelmalek Sellal »

Astrophysique: Stephen Hawking : « Nous venons de découvrir un gigantesque trou noir dans le cerveau de Abdelmalek Sellal »

Avatar

L’éminent mathématicien et physicien britannique vient de faire une découverte ahurissante. Le scientifique connu pour ses travaux en cosmologie et en gravité quantique a constaté l’existence d’un gigantesque trou noir dans le cerveau d’Abdelmalek Sellal.
À l’instar de la plupart des découvertes qui ont révolutionné le monde, celle ci s’est faite d’une manière fortuite, l’homme nous explique : « Mon équipe et moi étions à Alger pour explorer ce qui ressemblait a des trous noirs sur l’autoroute est-ouest, c’est la que le premier ministre algérien est arrivé pour nous rendre une visite de courtoisie, à ce moment précis mes appareils de détection se sont anormalement affolés, je n’avais jamais vu ça auparavant, ils m’indiquaient le crane de Mr Sellal, après vérification il s’agissait bien d’un trou noir dont le champ gravitationnel indique qu’il est vraiment immense, un trou noir ça happe tout sur son passage, nul doute que son cerveau a été englouti »
Le chercheur a également fait une autre découverte : un trou de ver «Contrairement à un trou noir, un trou de ver est une entité théorique dont on a jamais réussi à démontrer l’existence, enfin jusqu’à aujourd’hui, pour simplifier il s’agit d’un raccourci spatio-temporel, un passage reliant deux dimensions, ou si vous préférez un pont entre deux mondes, mon équipe était prête à braver les dangers et aller voir ce qui se passait dans cet «autre monde », mais au dernier moment, nous avons entendu une chanson de Chimène Badi qui émanait de ce « tunnel », nous avons donc décider d’abandonner la mission et de détruire ce passage, un monde ou l’on écoute encore du Chimène Badi est définitivement incompatible avec la vie » Nous confie-il.
« Je suis surpris du nombre de phénomènes que j’ai pu observer sur l’autoroute est-ouest, en particulier sur le tronçon de Lakhdaria : Des cratères géants, des trous de ver, des trous noirs, c’est vraiment troublant » nous dit-il avec humour.
Après une expédition fructueuse, l’auteur du best seller « Une brève histoire du temps » nous confie avant de quitter Alger : « après 40 ans de travaux sur les trous noir et les trous de ver, rencontrer votre gouvernement m’a inspiré un nouveau domaine de recherche : les « trous du cul », je serais heureux que Mr Ouyahia accepte d’être mon sujet d’étude, il serait vraiment le cobaye idéal ».

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Scroll To Top