En train de lire
Prenant au pied de la lettre l’expression « blanchiment d’argent », un gros trafiquant teint en blanc tous ses billets

Prenant au pied de la lettre l’expression « blanchiment d’argent », un gros trafiquant teint en blanc tous ses billets

Avatar

Cela pourrait passer pour une blague, mais l’information nous vient d’une grande ville de l’ouest du pays, où un gros trafiquant de drogue s’est mis à teindre en blanc tous les billets d’argent provenant de ce commerce illicite. Vu les sommes colossales, que d’aucuns estiment à des milliards qu’il a brassés depuis des années d’activités, sans jamais avoir été inquiété, le narcotrafiquant, un homme de 65 ans, ayant entendu parler de blanchiment d’argent et de possibilité de placement dans une banque, a vite fait de se « conformer » à la décision du gouvernement, portant sur la bancarisation de l’argent informel et que beaucoup qualifie ni plus ni moins d’amnistie fiscale.
Dans plusieurs villes de l’ouest, l’on signale la rupture des stocks de bidons de peinture blanche achetés par ce « client » particulier. « Au début, raconte un grossiste en peintures qui a pignon sur rue dans la région, je croyais que j’avais à faire à une entreprise de peinture en bâtiment, mais il s’est avéré que c’est une entreprise d’un autre genre … » Les vendeurs en électroménager, eux aussi, ne sont pas du reste, puisque tous leurs stocks de sèche-cheveux ont été épuisés par le même client. Il en est de même pour les vendeurs de pinces à linge qui serviraient, selon toute vraisemblance, à l’étendage des billets, avant leur séchage.
Par ailleurs, devant l’immensité de la tâche, ce nabab de la drogue, connu sous le nom de « « Baqlawa », a dû recruter des centaines de jeunes chômeurs, dont le travail consiste à tromper, un à un, tous les billets entassés dans des sachets noirs dans de la peinture blanche et à les sécher à l’aide de séchoirs à cheveux. « Une véritable fourmilière dans les sous-sols de l’immense villa du richissime trafiquant », confient quelques-uns de ses voisins qui se plaignent des va-et-vient incessants et du tapage nocturne provenant de la propriété du baron de la drogue reconverti en « blanchisseur » . Les autorités restent muettes à ce sujet.

Rahim Zenati
© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Revenir en haut