“Il n’y a aucune raison d’entretenir une femme qui m’affame. Je n’en peux plus”. Un Nigérian de 57 ans a obtenu le divorce au motif que son épouse lui servait ses repas trop tard le soir, a rapporté jeudi 13 août le quotidien national Vanguard (en anglais). “Ma femme a échoué dans ses obligations matrimoniales. Elle ne prépare pas ma nourriture à temps. Je l’ai avertie à plusieurs reprises, mais elle n’en a fait qu’à sa tête”, a déclaré Olufade Adekoya à l’audience, dont la date n’a pas été précisée par le quotidien.

Son épouse, depuis 25 ans, a rejeté ces accusations et reproché à son mari d’avoir engagé la procédure pour pouvoir se mettre en ménage avec une autre femme. Le président du tribunal, Olu Adebiyi, s’est finalement décidé à mettre un terme à cette union malheureuse, en concluant : “le tribunal a essayé à plusieurs reprises de les réconcilier, mais tous les efforts ont été vains”.

Même si le Nigeria est coutumier d’affaires de divorces pour des motifs pour le moins inhabituels, c’est la première fois qu’un mari obtient une séparation légale pour des repas servis en retard. En 2008, un retraité nigérian s’était séparé, sous la pression de responsables musulmans locaux, de 82 de ses 86 femmes, dans l’espoir d’éviter une punition prévue par la charia.

Source: Francetvinfo

1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à notre Newsletters

Restez informé, ne ratez plus aucun article d'El Manchar !

Vous pourriez aussi aimer

Houda Imane Feraoun dément et rassure "je sais que le porno est important pour les jeunes"

La censure des sites pour adultes, évoquée ces derniers jours par le…

Air Algérie appelle ses clients à acheter leurs propres Boeing pour rentrer en Algérie

Air Algérie vole aussi bien sur terre que dans le ciel. En…

En prison, Ali Haddad réalise son rêve : Devenir professeur de Latin

Sa vie a été rythmée par les marchés publics et les barils…