En 1989, Cheb Djalti sortait l’album “ديرولو الحنة” (mettez-lui du henné), avec le titre phare “أنا حبيت نكبر معاك” (j’ai voulu vieillir avec toi). Plus qu’une chanson, cette réflexion ontologique sur les origines de l’existence et de la création, va bouleverser l’approche des scientifiques et des philosophes et les aider à répondre à ces questions existentielles que tout être humain s’est posé au moins une fois dans sa vie : « D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? Quel est le sexe de Louisa Hanoun ?»
Tout le monde se rappelle du passage où le chanteur découvre au détour d’un refrain que c’est le bon dieu qui l’avait créé (خلقو رب العالمين). Prodigieuse trouvaille!! Vingt-cinq ans plus tard, la communauté scientifique ne se remet toujours pas de cette découverte inédite autant par sa forme que par son contenu.


« Cette intuition, je l’ai eue sur le mode Nietzschéen » nous confie Cheb Djalti qui a bien voulu répondre à nos questions à l’occasion du 25e anniversaire de la sortie de son album. J’étais en convalescence à Tikejda, au cours d’une promenade le long d’un sentier bordé de peupliers j’ai eu la révélation brusque, en même temps j’ai senti un énorme poids, difforme et insoutenable, m’écraser le corps, je me suis effondré en pleurs, à genoux » se rappelle-t-il, ému.
Une fois sorti de son état de transe, le chanteur à la tignasse, griffonne sur son draps les paroles de la chanson qui connaîtra un large succès, bien au-delà du cercle réduit des mélomanes. Au total, 3672 thèses seront faites sur la chanson, son exégèse ou encore sa genèse. Le nom de l’auteur, est retenu chaque année dans la liste des lauréats potentiels du Nobel de physique. Mais le jury suédois, connu pour ses choix tendancieux, n’a jamais voulu le lui décerner.
A ce sujet, le cheb devenu vieux depuis, estime que le Nobel est un prix bourgeois et qu’il partage sur ce point la position de Sartre. « La reconnaissance de mes pairs, des philosophes et de la communauté scientifique, est la plus belle des consécrations pour moi » se félicite-t-il avec un grand sourire.

20 commentaires
  1. À quand la concertation de Cheb Khaled qui a trouvé que “la maladie se traite par les médicaments” 🙂

  2. À quand la concécration de Cheb Khaled qui a trouvé que « la maladie se traite par les médicaments » 🙂

  3. Ce que j’aime, c’est le clip. Très dynamique, il y a une intensité folle dans la manière de traiter la chanson.
    Et par contre, plus sérieusement, ça montre une image des algériens que je préfère trente mille fois à l’image véhiculée aujourd’hui, notamment par les algériens vivant en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Restez informés en gardant le sourire.

Vous pourriez aussi aimer

L'Académie française valide le mot "faichlesse" pour exprimer un état d’affaiblissement extrême

Si la France était en guerre contre l’immigration, selon Marine Le Pen,…

Mazouni pour remplacer Merdaci à la tête du ministère de la culture ?

Aana lasstou marfoudha a présenté samedi sa démission au chef de l’Etat,…

Naïma Salhi lance la première édition du festival de Connes

En marge de la 71ème édition du festival de Cannes, la sulfureuse…

L’OMS reconnait officiellement Mohamed Mazouni comme une maladie

Il est considéré avec Deriassa comme les deux plus gros maux de…