Toujours pas de compromis entre Hannachi et ses détracteurs, alors que les discussions devaient reprendre ce samedi après-midi, pour trouver un accord de sortie de crise. Le départ de Hannachi est une condition nécessaire pour le déblocage de la situation pour le comité pour la sauvegarde de la JSK. Hannachi estime pour sa part que son départ ne fera qu’empirer la situation et désire se maintenir pour quelques années encore à son poste de président.

Le président du club se veut de bonne volonté. “Si on arrive à un accord viable, même si le compromis est difficile, on va relever ce défi car notre seul objectif est la sortie de la crise afin de permettre à la JSK de redevenir le club mythique qu’elle était”, a indiqué Hannachi lors d’une réunion vendredi soir avec ses collaborateurs, cité dans un communiqué du club.

“Je suis prêt à faire un accident vasculaire cérébral s’il le faut pour rester à la tête du club”, a dit le Président de la JSK, soulignant qu’il a déjà en sa possession un fauteuil roulant et qu’il n’hésitera pas à en faire usage. Et d’ajouter: “de toutes façons, avec la pression que je subis depuis quelques semaines, il se peut que je fasse un AVC de manière tout à fait naturelle”.

Toutefois, Mohand Chérif Hannachi a prévenu que “pour le moment il préfère continuer à assurer la présidence du club avec la vitalité et la vigueur qu’on lui connait”.

Nazim Baya
Je suis un garçon sans importance collective, tout juste un individu.

3 Comments à : Hannachi se dit prêt à faire un AVC pour rester à la tête de la JSK

  1. Ilyes

    juillet 8th, 2015

    C’est fort ça !!! ahhahaha

    Répondre
  2. août 6th, 2015

    il l'a deja fait …et meme son medecin traitant, en france bien sur, lui prescrit un arret de maladit qui lui permit de ne pas se presenter à la convocation de la LFP

    Répondre
  3. août 17th, 2015

    malgré la mauvaise gestion de Hannachi ,mais je suis sur et certain qu'il n'existe pas un autre homme dans l'opposition qui aime mieux la JSKabylie que ce dernier

    Répondre

Laisser une réponse