Vous êtres en train de lire
Trucs et astuces pour se reconstruire psychologiquement après la constitution d'un dossier administratif

Trucs et astuces pour se reconstruire psychologiquement après la constitution d'un dossier administratif

Avatar

La constitution de son premier dossier administratif est une épreuve transitoire, voire charnière dans la vie citoyenne. Le dossier de la semaine est donc, naturellement, consacré à ces rescapés de la bureaucratie qui ont su reprendre goût à la vie et rebondir après avoir vécu les méandres d’une administration capricieuse.
Il est communément admis que la majorité des citoyens trouve que les dossiers administratifs sont une cause perpétuelle de tourmente et de souffrance psychologique. Qu’il s’agisse d’ANSEJ, d’AADL, d’inscriptions scolaires ou de passeports, ils sont tous las d’être en butte à cette question obsédante : vais-je finalement y arriver?
Il s’avère que les longues queues d’attente, la liste interminable de documents et la nonchalance des guichetiers créent un environnement des plus hostiles où toute tentative de survie reste périlleuse.
L’épreuve est le plus souvent accompagnée par une sensation de vide, un sentiment de rejet et une longue période de remise en question. Pour les cas les plus graves des hallucinations psychosensorielles apparaissent, quelques citoyens nous ont confié entendre des voix malveillantes chaque soirs, leur répétant inlassablement: « Il manque encore un papier ! » ou encore le fameux « Revenez demain ! ». Ils ajoutent qu’il est difficile d’envisager l’avenir avec un tel handicap…
Pourtant, pour beaucoup, l’exercice en question, a offert la possibilité de s’aguerrir psychologiquement. Grâce au dépassement de soi, ils ont appris à développer un calme olympien et une efficacité germanique dans un climat où angoisse et confusion sont les maîtres-mots.
Ces rescapés de la bureaucratie confessent que pour résister aux ayatollahs de l’administration, il suffit de trouver sa soupape de décompression. Certains se sont mis à la méditation transcendantale, à la pratique du zazen ou aux massages tibétains. D’autres se sont orientés vers la médecine non-conventionnelle comme l’acupuncture ou l’homéopathie. Les spécialistes, quant à eux, préconisent une psychothérapie cognitivo-comportementale et des exercices de relaxation comme le taï-chi ou le shiatsu pour renouer avec les gestes simples du quotidien.
Finalement, la bureaucratie n’est rien d’autre qu’une tentative de la part du gouvernement pour pousser les citoyens à explorer les limites de la maîtrise de soi. Ce parcours semé d’embûches constitue, donc, une occasion de se redéfinir et de se découvrir des qualités qu’on ne soupçonnait pas avoir jusque-là.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut