minijupe

La décision a été arrêtée mercredi matin au palais du gouvernement par Abdelmalek Sellal : le gouvernement va déposer un projet de loi en juin, qui sera soumis à l’examen du Parlement la mi-juillet.

Le gouvernement a pris position. La mini-jupe fera l’objet d’une mesure d’interdiction générale sur le territoire national. Un projet de loi sera présenté par le gouvernement. La décision a été arrêtée, ce mercredi matin, lors d’une réunion au palais du gouvernement, réunissant autour du chef du gouvernement, le ministre des affaires religieuses et des Wakfs Mohamed Aïssa, le ministre de l’enseignement supérieur Tahar Hadjar et les présidents des groupes parlementaires.

Au lendemain de l’incident de l’étudiante exclue de la fac de droit à cause de sa mini-jupe, le recteur d’Alger avait évoqué la possibilité d’un projet de loi. Promu ministre de l’enseignement supérieur depuis, il en a touché deux mots au chef du gouvernement qui a été séduit par la proposition.

L’interdiction passera par un projet de loi dans lequel Abdelmalek Sellal a demandé qu’on mette en avant comme arguments principaux l’atteinte à la pudeur et le respect des valeurs islamiques. Selon un participant, le texte retenu par le gouvernement sera présenté en Conseil des ministres en juin et soumis à l’examen du Parlement la mi-juillet. C’est le ministre des affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, qui défendra le texte face aux parlementaires.

Une loi anticonstitutionnelle

L’Association pour la Promotion des Droits des Femmes dénonce une loi “anticonstitutionnelle, liberticide et rétrograde” en évoquant l’article 35 de la constitution qui stipule que les infractions commises à l’encontre des droits et libertés, ainsi que les atteintes physiques ou morales à l’intégrité de l’être humain sont réprimées par la loi.
Même son de cloche du côté de la secrétaire générale du Parti des Travailleurs, Louisa Hanoun, qui considère que cette loi constitue “une grave atteinte aux droits des femmes” et invite tous “les algériens libres à se dresser contre cet espèce de machisme institutionnalisé”.

223 comments
  1. heh pays islamique. , la merde oui aller enlever les boite de nuit et ou sa s vend l'alcool en plein jour a tt temps t3essou ghir f nass wech telbess ghir les animeaux qui se contrôle pas (ds les limites de ne pas être exagérer) t3eyou

  2. C’est triste je trouve :/
    Je me demande comment des gens supposer être important ose se réunir pour décider si oui ou non les femmes devraient avoir le droit de choisir leurs vêtements!!!
    Atteinte a la pudeur, ne me faite pas rire; la pudeur de qui ???? Quand les femmes se font agresser, insulter!!! au nom de quoi et de qui ??? Qui se pose la question de si oui ou non; nous devons nous battre pour nos droit !!!
    Femmes violer; animaux torturé; mariage d’enfant; détournement d’argent et j’en passe !!!
    On ne peux plus marcher dans la rue en famille!!! Moi autant que femme je ne peux marcher dans la rue et point !!! l’ignorance du peuple et de leurs droit ferra couler se pays avant mm autre chose!

  3. ds leur rêves , kima applikaw 6mois prison pr les dragueurs. et puis sa reste liberté personnel et j b1 dit ds les limite pas exagérer . et si ya cette pénalité et y'en a pas pr l'alcool et ect bah wjahkom s7i7 7elelou w 7ermou a votre choix -_________-

  4. alors chaqu'un fait ce kil veut , si qlq1 aw faregh chrol voila un sujet intéressant a réclamer !! yederbouh melfou9 w ykherej z3afou 3la li melta7t enfait c pas le pays qui doit etre islamique mais c les personne , a letranger am 3aychine b1 w b dine dyalhom et avec + de respect