Connectez vous

Culture

Warda Charlomanti "j'ai envoyé une photo de mes jambes, on l'a refusée"

Publié

dans

La chanteuse de rai Warda Charlomanti Wardati s’est plainte sur sa page facebook de la censure dont elle a fait l’objet de la part du groupe “Ma dignité n’est pas dans la longueur de ma jupe”, ce dernier ayant refusé de publier une photo d’elle où elle se montrait jambes nues.

Le groupe publie depuis une semaine les photos de jeunes filles qui posent jambes nues en soutien à l’étudiante interdite d’examen à cause d’une mini-jupe.

11159486_933232990031011_8433312869286623317_nDécouverte grâce à ses vidéos un peu olé-olé, la chanteuse de rai ; qui connait un large succès sur les réseaux sociaux, vient de subir le pire affront de sa vie. Et pour cause ; dimanche dernie, Warda Charlomanti Wardati a voulu participer à la campagne “Ma dignité n’est pas dans la longueur de ma jupe” en envoyant une photo où elle montrait ses jambes. Mais le groupe ne l’a pas entendu de cette oreille. Craignant que l’image des jambes trop moches de la chanteuse ne leur fasse perdre des soutiens, les administrateurs ont refusé de publier la photo.

Si de nombreux abonné ont répondu à Warda pour lui apporter leur soutien et l’encourager, d’autres ont au contraire préféré les propos nauséabonds. Des messages discriminatoires et injurieux lui conseillant par exemple de « faire un régime ». Preuve que sur Facebook il y a parfois plus de pire que de meilleur…

Annonce
4 comments

4 Comments

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Culture

    La fondation Charlie Chaplin récompense Bouteflika pour ses performances dans le cinéma muet

    Publié

    dans

    Par

    chaplin

    “Il n’y a rien d’immortel dans ce monde à part l’oeuvre de Charile Chaplin et le président Bouteflika ” c’est sur ces mots très émouvants que Géraldine Chaplin, fille de l’emblématique acteur britannique, a remis le prix Silent Awards au président algérien. Dans une cérémonie organisée par la fondation Chaplin’s world, le président algérien (absent pour un simple rhume) se voit récompenser pour ses performances dans le film muet, majestueusement incarné dans les années 20, 30 et 40 par le plus célèbre acteur de tous les temps. “Bouteflika a permis à mon père et à ses œuvres de renaître dans un monde de cinéma “bas de gamme”, tué par le Box office. Boutef est le digne héritier de charlot. Longue vie à lui” déclare Géraldine Chaplin, émue aux larmes.

    Les Bouteflika, et les frères lumières

    Devenu personnage emblématique du néo-mutisme dans le cinéma, Bouteflika réincarne également les frères lumière, avec son frère cadet Said. Le duo enchaîne en effet les farces muettes depuis sa formation en 2013. “Said est aussi muet que son frère, la seule fois où il a parlé, c’était une ignominie” souligne J.Lardin, spécialiste et critique cinéma. Et quand il est seul, la figure d’El Mouradia endosse donc le costume de Charlot : 1m 65, moustache en brosse à dents, Boutef nous ramène un siècle en arrière et nous fait savourer les scènes les plus hilarantes de Chaplin. “Comme Charlie, Bouteflika a su se faire comprendre grâce à son jeu de mimes. J’irai même jusqu’à le mettre au dessus, et je pèse mes mots, car son art d’exprimer ses idées, ses décisions et ses déclarations se fait par des gestes beaucoup moins expressifs (une levée de main et un clignement d’yeux) Bouteflika joue donc et nous fait hurler de rire sans avoir recours à la parole, ni à la gestuelle, un muet immobile” ajoute Lardin.

    Bouteflika, du cinéma parlant au cinéma muet

    Utilisant les Pathos et les Slapstick, Bouteflika a réalisé de nombreux remakes de Chaplin. A. Bedjaoui, historien et cinéaste nous relate le parcours du président artiste “Bouteflika a rejoué “La Ruée vers l’or” de Chaplin dés son arrivée au pouvoir en 1999. Un long métrage qui raconte l’histoire des chercheurs du pétrodollar organisés en clans mafieux, un véritable sucées qui a coûté 1000 milliards de $ à la production. Fort du sucées du premier, Bouteflika enchaîne avec un second remake en 2009 “le dictateur”; comme son titre l’indique, ce film relate le basculement de l’Algérie dans la dictature après que Boutef a violé la constitution, s’appropriant les pleins pouvoir et annonçant son éternité à la tête du pays. Enfin arrive la consécration ” les temps modernes” tourné à l’hôpital du Val de Grace en 2013. Une comédie dramatique présentant le personnage de Boutef, malade, affaibli, luttant pour survivre dans un palais agité par les guerres des clans. C’est une pentalogie dont on attend avec impatience la sortie du cinquième volet en 2019″ raconte Bedjaoui.

    Lire la suite

    Culture

    Le portrait du président Bouteflika classé nature morte par le musée des beaux-arts

    Publié

    dans

    Par

    bouteflika

    Exposé jeudi lors de la cérémonie d’hommage dédiée aux présidents d’APW et d’APC, le portrait du président de la république attise les convoitises des plus grands musées du monde. Selon l’Aps, le Louvre a déjà manifesté son intention de préempter l’œuvre d’art. Mais c’est le musée des beaux-arts d’Alger qui le détient actuellement dans son hall « nature morte ». Le musée algérois affichant 8 visiteurs par an en comptant les 6 agents de l’établissement, a fait valoir son droit pour acquérir la prestigieuse peinture. Selon son directeur « ce portrait est une œuvre algérienne, elle doit rester en Algérie. Nous avons pu analyser tous ses mystères grâce à la mobilisation de plusieurs artistes spécialisés dans la hiérarchie des genres. Il n’y a aucun doute, c’est une nature morte » affirme H.Mernache directeur des beaux-arts.

    Un légume qui se dessine lui-même

    Ce tableau dont la vivacité est tellement intense que le ministre de l’intérieur et plusieurs maires l’ont pris pour un homme en chaise roulante, suscite toujours l’intérêt des experts qui s’évertuent à en dévoiler les mystères et à en éclaircir les zones d’ombre. Cet autoportrait d’une nature morte intrigue en effet grand nombre d’observateurs et de critiques artistiques sur la possibilité de sa réalisation : comment une nature peut-elle représente elle-même ? Si l’on contemple de plus près l’autoportrait présidentiel représente un légume inanimé en costard donnant grâce à une illusion d’optique l’image d’un homme octogénaire mourant. Une thèse confirmée par le secrétaire du FLN dont l’autoportrait serait une brosse à cuvettes. Ould Abbes affirme en effet avoir aperçu le président en train de peindre son chef d’œuvre, salive sur toile 77 × 53 cm, pendant ses vacances au plais El Mouradia, un témoignage qui attribue de façon certaine ce tableau à l’artiste sérénissime Abdelaziz Bouteflika.

    Les dinosaures enfin au musée ?

    L’entrée de Bouteflika au musée comme nature morte est un petit pas pour le petit homme mais un grand pas pour les dinosaures. Elle donne en effet espoir au peuple algérien de voir l’ensemble des leurs dirigeants à leur place de prédilection. Plusieurs, ministres seraient déjà dans le viseur des départements antiquités et arts plastiques de plusieurs musées européens. Tliba intéresse également le musée américain de préhistoire (département mammouth) en sa qualité de mastodonte.

    Lire la suite