Vous êtres en train de lire
Belahmar découvre un traitement contre le SIDA

Belahmar découvre un traitement contre le SIDA

Avatar

La découverte de Belhmar Abou Mouslim va peut-être bouleverser le traitement d’une des maladies virales les plus redoutées… L’exorciste algérien vient en effet de mettre au point une technique chamanique capable de bloquer l’action du virus du SIDA. Une revanche sur les milieux scientifiques qui assimilaient ses travaux au charlatanisme.
C’est le fruit de 8 ans de recherche au sein de la clinique Bachair Chifa à Relizane. L’équipe du célèbre exorciste Belhmar Abou Mouslim a découvert une un nouveau procédé chamanique qui pourrait bien révolutionner le traitement des malades du SIDA. Administrée aux patients, elle bloque de façon prolongée le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH) présent dans leur organisme et l’empêche d’agir.
Une approche révolutionnaire
L’innovation réside dans cette action prolongée de l’incantation. Alors que les soins classiques par trithérapie cessent d’agir lorsqu’ils ne sont plus pris, cette thérapie incantatoire poursuit son effet même après l’arrêt de l’incantation. Ce qui ne constitue pas une guérison, mais une simplification considérable du protocole.
Cette découverte, réalisée par une équipe composée exclusivement de parascientifiques algériens, vient de faire l’objet d’une publication dans la prestigieuse revue scientifique américaine Cell.

Une mise sur le marché espérée d’ici un an

Les recherches vont maintenant se poursuivre avec la phase de test sur patients, dès cet été. Objectif : définir la fréquence exacte à laquelle doit être conduit ce nouveau traitement de lutte contre le virus du SIDA. Le VIH continue à faire des ravages dans le monde et notamment en Algérie, où 30.000 nouveaux cas sont dépistés chaque année.

Jacques Leibowitch
Jacques Leibowitch, médecin clinicien et chercheur reconnu pour ses contributions à la connaissance du VIH.

Un espoir pour les patients et les médecins

Pour Jacques Leibowitch, professeur spécialiste des maladies infectieuses à Hôpital Raymond-Poincaré, à Paris, si cette thérapie non conventionnelle constitue un véritable espoir, «on ne peut pas encore parler de guérison. Mais cela peut nettement simplifier le traitement.»
Notre équipe a aussi pu pénétrer dans le laboratoire de cheikh Belahmar, à Relizane, où a été mise au point la technique incantatoire.

© 2021 El Manchar. Tous droits réservés.
Aller en haut