Connectez vous

inclassable

Philomag #5

Publié

dans

Philomag #5

Philomag #5

Je suis un garçon sans importance collective, juste un individu.

Annonce
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. water water

    mars 26, 2017 à 4:29

    L’ancien passeport était un titre et le voyageur choisit sa destination.
    Maintenant que tout est biométrique, dans un monde ou rien n’est bio, ce titre est une porte qui n’est ouverte que sur elle meme.
    Vive le modernisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

inclassable

Henley passport index : le passeport algérien à la 91e place juste avant “كراس ألف 32 صفحة”

Publié

dans

passeport

Tous les passeports ne se valent pas. Il y a des passeports, comme le passeport américain, qui t’ouvrent les portes de n’importe quel pays au monde, à coup de rangers parfois pour t’apporter la démocratie comme en Afghanistan ou en Irak, et d’autres qui ne te permettent même pas d’accéder à Club des Pins à 10 km de chez toi. Le site Henley Passport Index, qui recense les avantages de l’ensemble des passeports de la planète a dévoilé ce mardi le classement des plus puissants.

Après s’être vus accorder au début du mois des visa gratuits pour Ouled Fayet, les citoyens algériens comptent désormais parmi les plus privilégiés au monde : ils ont droit de circuler librement à Ouled Fayet qui soit dit en passant est mieux que la Suisse qui elle-même est mieux que la Suède où il ferait moins bon vivre qu’en Algérie selon Djamel Ould Abbes. Malgré cette avancée, le passeport algérien peine à se hisser au podium. Il pointe toujours à la 91e place du classement loin derrière des passeports dits “puissants” comme le passeport américain qui autorise un GI’s à pisser sur la dépouille encore chaude de son hôte tué d’une balle dans la tête ou le passeport français qui permet à Frédéric Mitterrand de rentrer n’importe où, même dans un enfant thaïlandais de 12 ans. En gros avec un passeport algérien, vous êtes encore moins mobile que le président Bouteflika. Sans plus attendre voici le classement complet.

1- Etats-unis
2- Japon
3- Singapour
4- 5 gars contre

91- Irak
91- Afghanistan
91- Passeport algérien
92- Cahier Alif 32 pages
93- Papier à rouler Amira

Comme vous venez de le constater, votre passeport est moins utile qu’un cahier de 32 pages : vous vous en servez pas plus pour vous déplacer et il contient moins de pages. En résumé, grâce au passeport, on distingue deux catégories de personnes : Les gens qui peuvent aller n’importe où, et les gens qui doivent être nulle part. Vous faites malheureusement partie des seconds.

Lire la suite

inclassable

Anis Rahmani remplace Bachir Tartag à la tête du DRS

Publié

dans

anis-rahmani

Quelques heures seulement après l’affaire du journaliste d’Ennahar interpellé par les agents du DRS, ce mardi 09 octobre 2018, le général major Bachir Tertag a été remplacé à la tête du puissant DRS (Département du renseignement et de la sikiriti) par Anis Rahmani. La décision a été prise par le président Abdelaziz Bouteflika, selon un communiqué de la présidence, publié via l’agence officielle APS à partir de son lieu de convalescence à Ouled Fayet dans la banlieue de Genève.

Le nouveau patron des services, dirigeait le journal Ennahar et la télé du même nom depuis que le DRS du général Toufik l’y avait autorisé pendant les années folles.

Dans la matinée, Anis Rahmani a critiqué ouvertement la manière avec laquelle a été menée l’arrestation de, Smail Djerbal, journaliste à Ennahar et Algerie24.net, à quelques mètres de son lieu de travail par deux officiers du DRS déguisés en parkingueurs.

« Il y a eu des dépassements et des violations des droits humains et de la présomption d’innocence, mais surtout je ne comprends pas pourquoi les services ne m’ont pas contacté comme d’habitude, j’aurai moi-même procédé à l’arrestation du journaliste » s’est indigné Anis Rahmani au micro de deux officiers de sa propre chaîne déguisés en journalistes.

« L’institution est déterminée à poursuivre son travail et à continuer la lutte contre la liberté d’expression et l’opposition. Cela fait des années que je le fais en tant que journaliste, je peux donc aisément continuer a sévir au sein de l’institution militaire », a-t-il déclaré pour répondre aux attaques de ses plus sérieux rivaux au poste, à savoir Salim Aggar et Dahmane Semmar. L’automne promet d’être chaud sur les hauteurs d’Alger !

Lire la suite